Comment l'Olympique Lyonnais a parfaitement soigné sa transition

Décimé par une vague de départs lors du dernier mercato, l’effectif lyonnais a dû entamer une refonte complète à l’aube du nouvel exercice. Après deux mois de compétition, Bruno Genesio semble enfin avoir trouvé une équipe-type stable et la clé de la victoire, bien aidé par une nouvelle génération de pépites fleurissantes.

Poursuivre les mêmes ambitions tout en perdant la quasi-totalité de ses titulaires indiscutable : les résolutions lyonnaises semblaient bien présomptueuses. En effet, cet été, le onze de l’OL a été sèchement pillé : Corentin Tolisso, Alexandre Lacazette, Matthieu Valbuena, Rachid Ghezzal, Maxime Gonalons, Emanuel Mammana ont quitté le navire, remplissant dans le même temps les caisses du club. Des sommes qui ont ensuite été intelligemment réinjectés pour rebâtir une équipe crédible. Des joueurs expérimentés, des recrues qui s’imposent et des jeunes qui éclosent : Lyon a (re)trouvé le bon cocktail, et ce, malgré un début de saison nuancé.

L'effectif lyonnais a été métamorphosé depuis la saison précédente.
L’effectif lyonnais a été métamorphosé depuis la saison précédente.

Un effectif instable pour une ambition stable

Après sa victoire contre Saint-Etienne, Lyon se trouve à la troisième place du podium. Il y a plusieurs mois, c’est à un rang plus loin que l’OL refermait sa saison. Une position pas forcément à la hauteur de l’ambition du président Jean-Michel Aulas, soucieux de s’être fait siffler au bout du nez la qualification en Ligue des Champions par les niçois. Néanmoins, l’excellent parcours en C3 a redoré le précédent exercice lyonnais : une demi-finale peut-être décevante, mais plusieurs victoires de renom, notamment contre le Besiktas et Rome. Une épopée européenne qui se soldera finalement par la fin d’un cycle et le départ de nombreux titulaires.

Pour palier à cet exode, l’Olympique Lyonnais a poursuivi dans sa génétique : miser sur la jeunesse. Ont rejoint la capitale du Rhône de nombreux jeunes talents européens, à l’image de Mariano Diaz, Bertrand Traoré, Kenny Tete ou Cheick Diop. Lyon a aussi pioché en France où les explosions successives de Tanguy Ndombélé et Ferland Mendy ont réussi à faire oublier les absences des cadres désormais exilés. Comme toujours, la saison des gones a aussi offert son lot de nouvelles sensations “maison”, à l’image d’Houssem Aouar, d’Amine Gouiri ou de Myziane Maolida.

Une attaque de feu et des recrues en progression

Perdre Alexandre Lacazette, meilleur buteur (et de loin) sur les dernières saison offrait un véritable défi à l’OL. Pour le remplacer, le club rhodanien est allé chercher Mariano Diaz, jeune buteur dominicain, pur produit de formation du Real Madrid. Après onze matchs disputés cette saison, l’avant-centre lyonnais a fait déjà trembler les filets à huit reprises. Logiquement, il se place ainsi parmi les meilleurs buteurs européens. Mais plus que ça, c’est son association avec le milieu tricolore Nabil Fékir qui fait des étincelles. Si on ajoute au tandem Memphis Depay, les trois hommes constituent le trio le plus prolifique d’Europe cette saison.

De plus, Lyon a trouvé une véritable stabilité offensive avec la fougue du burkinabé Bertrand Traoré. Vif, explosif et monstre technique, l’ailier droit apporte une véritable force sur les schémas tactiques de Bruno Genesio. Son association avec Kenny Tete, ex-joueur de l’Ajax aussi, cartonne et place le couloir droit lyonnais comme l’un des plus décisifs de Ligue 1. Parmi les autres recrues désormais indéboulonnables : le défenseur central, Marcelo. Arrivé pour pallier les lacunes défensives de l’OL la saison dernière, il est devenu le nouveau patron de la défense, aux côtés de Jérémy Morel.

La révolution par la jeunesse

Cet été, Jean-Michel Aulas a eu l’œil. Si les premières rencontres de la saison ont montré quelques signes de fébrilité, la hiérarchie et le onze-type ont été chamboulé par l’explosion de nombreuses recrues. Parmi elles, le latéral gauche Ferland Mendy, venu éclipsé Fernando Marçal sur son couloir. Exposé dans le onze-type de Ligue 2 la saison passée, la progression constante de l’ancien du Havre le place désormais dans les petits papiers de Didier Deschamps, qui le surveille de près. Au milieu de terrain, Bruno Genesio a enfin trouvé celui qui composera l’entre-jeu par l’intermédiaire de Tanguy Ndombélé. Porté par une immense performance au Parc des Princes, le milieu défensif a brûlé les étapes, passant d’inconnu à potentiel tricolore en quelques semaines.

Dernière explosion du centre de formation lyonnais, Houssem Aouar est devenu un véritable phénomène au bord du Rhône.
Dernière explosion du centre de formation lyonnais, Houssem Aouar est devenu un véritable phénomène au bord du Rhône.

Ultime sensation en date, celle d’Houssem Aouar. Propulsé du centre de formation des gones, il est devenu après quelques matchs indispensables à l’effectif lyonnais. Désormais titulaire sur l’aile gauche, le français a profité des ternes performances de Memphis Depay pour s’imposer. Capable d’évoluer au centre du terrain, sur l’aile gauche, sur l’aile droite ou en 10 derrière Mariano, la polyvalence d’Aouar offre d’infinies possibilités à Bruno Genesio. Si Memphis Depay semble retrouver les pleins pouvoirs de son potentiel, il occupe désormais l’entre-jeu, pour faire souffler Tanguy Ndombélé.

Désormais troisième de Ligue 1 et second d’Europa League dans un groupe difficile, l’OL compte bien évoluer sur les deux tableaux cette saison. Après quelques semaines de latence, l’effectif bariolé de blanc, bleu, et rouge a enfin retrouvé sa crédibilité. Même Bruno Génésio, très largement critiqué depuis le début de saison, semble enfin trouver ses repères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut