CDF – 8ème tour : Entretien exclusif avec l’entraîneur du FC Saint-Lô Manche, club de N3

Au lendemain d’un tirage au sort pour la Coupe du Monde qui a rassemblé une grande partie de la planète foot, ce week-end est consacré au 8ème tour de la Coupe de France. Le vrai foot qu’on aime ! Il s’agit du dernier tour avant l’entrée en lice des clubs de Ligue 1. Nous vous évoquions il y a quelques semaines la magie de cette compétition. Nous avons voulu connaître le ressenti de l’entraîneur d’un club amateur, au moment d’aborder cette nouvelle étape ! En Normandie, le coach du club de Saint-Lô, Nicolas Fautrat, en poste depuis juin 2016, nous a accordé un entretien.

Saint-Lo's Stephane Chapalain (L) vies with Ajaccio's forward Matthieu Scarpelli (R) during their French cup football match, 07 January 2006 in Saint-Lo. AFP PHOTO DAVID ADEMAS / AFP PHOTO / DAVID ADEMAS
32ème de finale en 2006 entre Saint-Lô et Ajaccio (Ligue 1), alors entraîné par Rolland Courbis (0-2) / AFP PHOTO DAVID ADEMAS / AFP PHOTO /

Le FC Saint-Lô Manche affronte à domicile ce samedi à 18h30 le club de Changé, autre pensionnaire de N3. Au tour précédent, les Normands s’étaient rendus en Guadeloupe, pour y affronter l’Etoile Morne-à-l’Eau, club de DH local. Belle victoire 4-1 des joueurs de Nicolas Fautrat. Le FC Saint-Lô Manche, qui évoluait en D3 dans les années 1980-1990, a déjà connu de belles histoires en Coupe de France. Ils ont atteint les 16èmes de finale à deux reprises : en 1995 (défaite aux tirs aux buts contre Mulhouse, club de D2) et en 1997 (défaite 2-1 contre le voisin Caennais en prolongations). Dernière épopée en date : 2007, défaite 4-1 en 32èmes de finale à Montpellier, club de Ligue 2. Autant vous dire que les Normands sont à une victoire de rajouter une belle ligne à leur Histoire ! Nicolas Fautrat, l’entraîneur, a répondu mercredi aux questions de La Beauté du Football.

Entretien

Bonjour M. Fautrat. Merci du temps que vous nous consacrez. On imagine qu’il est assez précieux à quelques jours d’un match important. Qu’est-ce que vous inspire cette compétition ?

La Coupe de France, ce sont des moments marquants, qui restent à jamais dans les mémoires. Par exemple le 32ème de finale contre Montpellier en 2007. Ça fait plus de 10 ans mais on s’en souvient très bien. Ce sont des moments qu’on n’oublie pas. Au tour précédent avec les joueurs nous sommes partis une semaine en Guadeloupe pour y affronter l’Etoile Morne-à-l’Eau, ça restera gravé dans nos têtes. C’est la magie de la Coupe de France.

Justement, qu’est ce qu’on dit à ses joueurs quand on joue cette Coupe de France ?

Oh vous savez les joueurs n’ont pas besoin de moi pour trouver la motivation. Mon discours ne change pas de d’habitude. Les joueurs savent très bien que le match de samedi a une saveur particulière. Ils se mettent eux-mêmes en condition.

“Tomber sur un gros, ça fait rêver”

Savez-vous ce que se disent les joueurs entre eux ?

J’ai un groupe qui sait faire la part des choses. Pour un match de championnat, ils seront en mode N3 toute la semaine, et pour un match de Coupe de France, ils l’abordent de la bonne façon également. Pour nous, la solidarité est plus importante que la qualité footballistique. Tous les joueurs sont très déterminés.

Si jamais, et je vous le souhaite, vous vous qualifiez pour les 32èmes de finale, c’est l’entrée en lice des clubs de Ligue 1. Quelle équipe aimeriez-vous affronter ?

On prendra ce qui tombera (rires). C’est sur que pour les dirigeants, les bénévoles et les spectateurs, tomber sur un gros ça fait rêver. Comme je vous disais on avait joué à Montpellier il y a dix ans, on était également allés à Ajaccio un an plus tôt. Ce sont de très bons souvenirs. Aussi contre Caen à Michel D’Ornano en 16èmes, mais c’est un peu plus ancien (1997). C’est mieux d’être sorti par un gros plutôt que de sortir dans l’anonymat par un club de National ou de Ligue 2. Mais bon si on peut continuer quelques tours avant de se faire sortir, c’est bien aussi.

“Il y a une ambiance différente”

Est-ce que vous ressentez une atmosphère particulière dans le stade / la ville lors d’un match de CDF ? Sentez-vous un engouement derrière vous ?
Arrivé à ce stade de la compétition oui. Il y a plus de spectateurs dans les tribunes, il y a de l’attente au moment du tirage au sort. Comparé à un match de championnat, il y a une ambiance différente. On sort de notre routine. Toute cette semaine il y a eu trente préventes de billets (interview réalisée mercredi). Cela n’arrive pas souvent en temps normal. Pour les dirigeants également, la CDF est une vitrine, on sent que les attentes ne sont pas les mêmes. Et enfin pour les bénévoles, c’est une vraie récompense pour eux.
Fouler la pelouse du Stade de France, on y pense ?

Pas du tout. Vous savez avec le foot actuel je pense malheureusement que nous ne reverrons plus jamais de clubs amateurs comme Calais à l’époque aller jusqu’à ce stade. Oui nous irons au Stade de France mais en tant que spectateurs (rires).

En enfin pour terminer, une question un peu plus personnelle, quelle est votre définition de la beauté du football ?

Pour moi ce ne sont pas que les performances sportives. C’est tout ce qui englobe ce sport. L’enrichissement culturel, social. Notre club est une Association, du coup ce sont pour la plupart des bénévoles qui sont ici. Il y a vraiment de très beaux rapports humains. Dans notre club, nous avons des équipes handicapées, des féminines, des vétérans. C’est ça qui est beau, c’est faire vivre un mélange. Malheureusement cela se passe au niveau amateur. Ce n’est pas forcement le cas chez les professionnels.

Merci M. Fautrat, en vous souhaitant le meilleur pour le match de Samedi.

Jour de match, on imagine que la ville de Saint-Lô sort petit-à-petit de sa torpeur. Le club se prépare à l’événement de la journée. L’atmosphère, au fil des heures, va devenir de plus en plus festive et se réchauffer. C’est ça la magie de la Coupe de France, et la beauté du football.

On attend avec impatience le tirage au sort des 32èmes de finale ce lundi 4 décembre.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut