Atlético Madrid, et maintenant ?

Auteur d’une énorme saison 2013-2014, le « deuxième » club de Madrid (le Real Madrid a été fondé en 1902 et l’Atlético en 1903) a été confronté à ce que de nombreux clubs « outsiders » rencontrent après le sacre, une vague de départs. 

Atletico Madrid's Godin celebrates with teammates after scoring against Barcelona during their Spanish first division soccer match in Barcelona
L’égalisation de Godin au Camp Nou qui offre le titre aux Colchoneros

Les interrogations en ce début de saison étaient nombreuses autour de l’Atlético. Mais à l’heure du bilan à mi-saison, le club des matelassiers est là et bien là. Troisième de Liga à quatre points du leader, le Real Madrid.

Retour sur ces quelques mois, entre le titre de champion d’Espagne, l’échec en finale de Ligue des Champions et un (nouveau) renouveau amorcé par Diego Simeone.

Diego Simeone Atlético MadridPeu nombreux étaient les observateurs du football qui avaient prédit une telle saison 2013-2014 à l‘Atlético Madrid. Pourtant, le titre de champion d’Espagne et la place en finale de Ligue des Champions ne tiennent pas du miracle ou de la chance. Loin de là. Ces résultats sont surtout le fruit d’un long travail initié par un homme, Diego Simeone.

En trois saisons à la tête de l’Atlético Madrid, l’Argentin au sang chaud a su faire naître une équipe où le collectif prime sur les individualités. « El Cholo » ne s’appuie pas sur de gros noms du football mais plutôt sur des hommes prêts à aller au combat pour l’équipe. N’allez pas croire, pour autant, que ces footballeurs ne sont pas talentueux. Une Liga ne se gagne pas sans talent.

L’Argentin tient ses joueurs, les motive, les encadre, les félicite quitte à faire dans le trivial comme après la demi-finale retour de Ligue des Champions face à Chelsea (1-3) . « Il faut féliciter les mères des joueurs, car aujourd’hui, vu comment ils ont joué, ils ont montré qu’ils avaient des c… ». Une gestion particulière de son groupe, tout à son image, et qui a mené l’Atlético vers les sommets.

*EL ATLETICO DE MADRID CELEBRA POR TODO LO ALTO SU DECIMO TITULO DE LIGA

Assurément, le risque après une telle saison est la chute. 2014-2015 est bel et bien la saison de tous les dangers pour l’Atlético. Comment continuer à exister dans cette Liga dominée par les deux titans madrilène et barcelonais ? Mais aussi, comment faire face à cette vague de départs que de nombreux clubs connaissent une fois sacrés ? L’Atlético a, en effet, vu partir un à un des acteurs majeurs du titre : Thibaut Courtois de retour à Chelsea, Filipe Luis à Chelsea également, Adrian Lopez à Porto, Toby Alderweireld en prêt à Southampton, David Villa à New York mais surtout Diego Costa, l’homme aux 27 buts en Liga et symbole de cette équipe, également parti du côté des Blues de Chelsea.

Le défi qui se présente à Diego Simeone en début de saison n’est pas des moindres. Et pour le relever, « El Cholo » va d’abord recruter, et pas qu’un peu. Les Colchoneros ont dépensé plus de cent millions d’euros cet été.
Malgré l’importance de cette somme, Simeone est resté fidèle à sa philosophie en recrutant des jeunes qu’il va façonner et faire grandir tels Griezmann, Jan Oblak, ou encore Raul Jimenez. Et des moins jeunes, plus aguerris et expérimentés comme Ansaldi, Moya, Siqueira, Cerci, Gamez. Et enfin, un buteur pour remplacer Diego Costa parti, Mario Mandzukic.

Ces nombreuses arrivées viennent étoffer en quantité mais aussi en qualité l’effectif rojiblanco. Là où Simeone s’appuyait, l’an passé, sur un groupe restreint de joueurs, il peut aujourd’hui faire jouer la concurrence à tous les postes.

Griezmann-court-apres-Mandzukic
L’Atlético version 2014-2015

Tout le talent de l’Argentin réside dans la construction de sa nouvelle équipe : s’appuyer sur des cadres (Gabi, Miranda, Godin, Juanfran, Mario Suarez, Arda Turan, Koke) et faire confiance tout en mettant à l’épreuve les nouveaux. En témoigne, la gestion de Griezmann, à qui il a répété sa confiance tout en l’appelant à grandir.

Travail et humilité sont toujours les maître-mots de cet Atlético, mais les exigences ont été revues à la hausse. Face à un Real Madrid monstrueux et un Barca qui se cherche, l’Atlético Madrid est en train de réussir un coup de maître en faisant de la Liga un championnat à trois. Reste à savoir pour combien de temps. Le travail de l’Argentin à la tête de l’Atlético est, en effet, suivi par de nombreux clubs, à commencer par le PSG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut