Pourquoi Arsenal doit tout miser sur l'Europa League ?

Actuellement sixième et accusant déjà un retard de huit points sur la quatrième place de Premier League, Arsenal est à un carrefour important de sa saison 2017-2018. Encore qualifiés en Europa League, les Gunners ont la possibilité de faire de cette saison, une réussite. A condition toutefois de faire des choix…

Malgré 13 tites de champion et 13 FA CUP, Arsenal n'a jamais remporté de C1 ni de C3. AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI
Malgré 13 tites de champion et 13 FA CUP, Arsenal n’a jamais remporté de C1 ni de C3. AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI

Une mi-saison médiocre

La lecture brute du classement du championnat anglais met en lumière le faible niveau d’Arsenal cette saison. Si la saison avait bien débuté avec la conquête du Community Shield face au champion Chelsea, au bout de 5 journées les joueurs d’Arsene Wenger affichaient déjà 2 défaites dont un sévère 0-4 contre Liverpool. Partis sur les bases d’une saison quelconque, les Gunners ont relevé la tête en septembre mais les défaites face à Watford et aux deux clubs de Manchester ont confirmé l’impression générale laissée par ce groupe : moyen. Malgré un schéma tactique innovant (défense à 3) et un avant-centre à 60 millions d’euros, la mayonnaise ne semble pas prendre sur la scène continentale.

L’Europa League, comme récréation

Après plus de 15 ans consécutifs en Champions League, Arsenal est reparti en Europa League à la rentrée. Héritant d’un groupe facile avec l’Etoile Rouge de Belgrade, le Bate Borisov et le FC Cologne, les londoniens n’ont pas tremblé pour terminer premier de leur poule. Opposés aux suédois d’Ostersunds avec le retour à l’Emirates Stadium, les Gunners peuvent légitimement envisager de passer le tour suivant et ainsi se retrouver en 8èmes de finale. Si beaucoup d’équipes prestigieuses comme l’Atletico Madrid, Napoli, Borussia Dortmund et autres Bilbao, Lazio et Zenit y participent, Arsenal n’a pas moins d’arguments à faire valoir en match aller retour que toutes ces équipes.

Un enchainement Europe-Premier League infernal

A moins d’avoir un effectif colossal, il est impossible de tenir le rythme infernal qu’imposent la Coupe d’Europe et surtout la Premier League. En regardant la composition de l’effectif d’Arsenal, un onze naturel se dessine. En revanche, pour les remplaçants la question reste posée. Sans véritable solution de rechange au milieu de terrain, Wenger est obligé de faire jouer très souvent les mêmes joueurs. Si l’alternance entre gardiens est bien vécue en interne, les remplaçants défensifs au trio Mustafi, Holding et Koscielny font peine à voir. Cependant, avec le mercato hivernal encore ouvert, Arsenal peut encore redresser la barre s’il vend bien Sanchez et se renforce intelligemment juste derrière.

Quel mercato ?

Même si pour le moment aucune officialisation n’est arrivée, Alexis Sanchez ne sera plus un jouer d’Arsenal après le 31 janvier 2018. Les rumeurs sur un accord entre le Chilien et Manchester United sont vérifiées, mais il reste toutefois à trouver une compensation pour les Gunners. Si le nom Mkytharian avait été soufflé directement par les décideurs mancuniens, l’Arménien se fait désirer pour donner son accord. Autre cible identifiée pour Wenger et son board, Pierre-Emerick Aubameyang. En conflit avec son club, le Gabonais verrait d’un très bon œil un départ pour la Premier League. Eligible en Europa League car il a disputé la Champions League avec Dortmund, il peut représenter le gros coup tant espéré par Arsenal. Cependant, trouver des alternatives au milieu et en défense d’ici la fin du mercato ne ferait pas de mal aux Gunners dans l’optique de jouer le coup à fond en Europa League…

Si la Champions League reste plus lucrative et plus intéressante à disputer, l’Europa League n’est pas pour autant un trophée par défaut. Quand on sait que le vainqueur de cette compétition se qualifie automatiquement en Champions League la saison suivante, on se dit que le moyen le plus simple pour Wenger et sa bande d’y retourner ne se trouve pas sur la scène nationale mais bien européenne…

Jajaye Panizzoli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut