Les cinq absents phares de l'Allemagne U21

Ce vendredi, l’Allemagne s’est hissée sur le toit de l’Europe des moins de 21 ans, balayant en finale une Espagne clinquante et au complet. Les Allemands, quant à eux, ont du faire avec de nombreux absents, appelés avec l’équipe A pour la coupe des confédérations.


Si l’Allemagne brille en Russie à l’occasion de la coupe des confédérations, les U21 n’ont rien à envier à leurs aînés. Auteurs d’un parcours exemplaire, ils ont, ce vendredi 30 juin, évincés les Espagnols dans une finale de haut vol. Emmené par un collectif soudé et réfléchi, le sacre européen allemand a un goût tout particulier, puisque l’effectif est en effet amputé de plusieurs joueurs clés, appelés en Russie. Nous avons tout de même choisi de recenser les cinq absents majeurs de la compétition, qui prétendaient tous à une place de titulaire à un an de la coupe du monde. Un argument de plus pour appuyer une génération dorée et intenable.

Joshua Kimmich – Bayern Munich

Joshua Kimmich, le nouveau Lahm ?
Joshua Kimmich, le nouveau Lahm ?

Du haut de ses 22 ans, le polyvalent joueur du Bayern est l’une des pierres angulaires de l’effectif de Joachim Löw. Impressionnant en club, il compte déjà 76 matchs avec le club bavarois, dont 53 cette saison.
Et si Carlo Ancelotti lui fait si confiance, c’est parce que le jeune homme a prouvé qu’il était l’un des jeunes les plus prometteurs de sa génération. Qu’il soit milieu défensif, milieu relayeur, défenseur central ou défenseur latéral, Joshua Kimmich risque de squatter longtemps le onze titulaire allemand, pour qui il accumule déjà 18 sélections.

Julian Draxler – Paris Saint-Germain

Julian Draxler, l'Espoir confirmé
Julian Draxler, l’Espoir confirmé

Le dernier gros coup parisien, déjà valeur sûre internationale à son poste d’ailier, pouvait lui aussi prétendre à une sélection au championnat U21 (malgré ses 23 ans, Julian Draxler n’en comptait que 21 au début des qualifications).
Passé par Schalke 04 et Wolfsburg, l’ailier de la capitale a gravi les échelons plus vite que prévu. Auteur d’un seul petit match avec les Espoirs en 2011, il est compté parmi les senior de Joachim Löw depuis 2012, figurant même sur la liste des 23 pour la coupe du monde 2014.

Leroy Sané – Manchester City

Leroy Sané, la nouvelle coqueluche de Guardiola
Leroy Sané, la nouvelle coqueluche de Guardiola

21 ans et un talent éblouissant. Leroy Sané, étoile montante de la Premiere League s’impose avec persistance sur l’aile droite du secteur offensif allemand.
S’il s’est blessé en Russie à l’occasion de la coupe des confédérations, Leroy Sané cumule déjà 6 sélections pour la Mannschaft, pour qui il oeuvre depuis 2015. Transféré chez les Citizens l’année dernière pour plus de 40 millions d’euros, l’ailier a répondu sur le terrain en entrant de manière régulière dans les plans de Pep Guardiola.

Emre Can – Liverpool

Emre Can, l'Allemand de la Mersey
Emre Can, l’Allemand de la Mersey

Déjà 121 matchs du côté de la Mersey pour celui que l’on compare, entre autres, à Michael Ballack. Passé par le Bayern Munich et le Bayer Leverkusen, Emre Can est indéniablement un atout de poids pour la formation de Joachim Löw.
Très utilisé par Jurgen Klopp à Liverpool, sa force technique et physique lui promet un avenir brillant en sélection avec qui il a déjà disputé 11 rencontres.

Leon Goretzka – Schalke 04

Leon Goretzka, pas le plus médiatisé, et pourtant...
Leon Goretzka, pas le plus médiatisé, et pourtant…

S’il est peut-être le nom le moins clinquant de cette liste, pour les amateurs de FIFA, Leon Goretzka n’est plus à présenter. 22 ans, un potentiel inépuisable et une valeur sûre de l’effectif de Schalke 04.
Très (trop ?) peu médiatisé, le milieu de terrain allemand s’impose peu à peu dans la formation senior depuis 2014. Ses prestations éblouissantes à la coupe des confédérations, notamment son doublé en demi-finale contre le Mexique, feront sûrement monter les enchères prochainement.

D’autres joueurs auraient aussi mérités d’être dans ce classement parmi lesquels Julian Brandt, Timo Werner ou Niklas Süle. La concurrence pour la sélection allemande risque d’être particulièrement féroce ces prochaines années…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut