Alexandre Ruiz : « Contre Manchester City, Monaco est favori »

Présentateur du Football Show et du Champions Club sur beIN Sports, Alexandre Ruiz nous a accordé un entretien exclusif pour évoquer la reprise de la Ligue des Champions. PSG-Barcelone, Monaco-City, le journaliste nous a donné son avis sur les huitièmes de finale, quelques jours avant l’écrasante victoire parisienne face Barça (4-0). Et on peut dire qu’il avait vu juste.

FOOTBALL : Emission Le Club - Bein Sport - 15/04/2014

beIN Sports possède désormais les droits de diffusion de nombreuses compétitions pour plusieurs disciplines que sont le foot, le tennis, le handball, ou encore le basket avec la NBA. Malgré cela, pensez-vous que la Champions League reste la vitrine principale de la chaîne ?

C’est indéniable. Aujourd’hui la Champions League représente le plus grand rendez-vous foot de la planète. Les compétitions comme la Coupe du Monde, l’Euro ou la Copa América sont de grands événements, mais ils sont ponctuels. La Champions League, c’est un feuilleton que les téléspectateurs aiment suivre tout au long de la saison, comme on regarde une série par exemple. Les matchs de C1 rassemblent le meilleur du football européen, et beIN offre cette chance de pouvoir tous les visionner sans engagement. En quatre ans, le groupe a atteint les 3 millions d’abonnés en France, c’est une vraie réussite, et la Champions League a largement contribué à ce formidable élan.

Justement, la compétition reprend avec les huitièmes de finale où deux équipes françaises sont engagées. Monaco, leader de la Ligue 1, réalise une saison très impressionnante mais devra faire face à un adversaire redoutable en la présence de Manchester City. Sentez-vous l’ASM capable d’éliminer les Skyblues, voire d’aller beaucoup plus loin dans la compétition ?

Step by step comme on dit. La prochaine échéance reste ce huitième de finale contre Manchester. Personnellement, je pense que Monaco est aujourd’hui plus fort que City. Tout d’abord parce que Leonardo Jardim a déjà pu accomplir deux saisons de travail, et Guardiola seulement une seule, ce qui change beaucoup de choses. Il ne fait aucun doute que le meilleur choix de l’ASM est d’avoir gardé son entraîneur cet été. Jardim a pu faire fructifier son travail et il est parvenu à créer un effectif basé sur une colonne vertébrale solide : Subasic, Glik, Jemerson, Fabinho, Falcao et Germain avec des électrons libres, d’une qualité indéniable. Je pense à Sidibé, Bernardo Silva ou encore Lemar. Ils constituent un tronc absolument incroyable. C’est une force que Man City n’a pas encore.

Selon-vous, Guardiola a donc besoin de plus de temps pour arriver à un résultat comparable avec son effectif ?

Oui. Le projet de Pep Guardiola ne peut pas se réaliser en 12 mois, d’ailleurs nous n’avons même pas atteint ce seuil. Avec une enveloppe budgétaire très importante, il a dû nécessairement miser sur les années prochaines, avec les arrivées de joueurs comme Sané, Stones ou Nolito par exemple. Mais si l’on prend ces trois joueurs, les deux plus jeunes sont encore en phase d’adaptation et très peu utilisés. Nolito a complètement disparu de la circulation. Guardiola continue finalement de s’appuyer sur « ses lascars » : je pense à Zabaleta, Kolarov ou même Yaya Touré. La jeunesse de City n’est pas encore capable de tenir un rang de Premier League, c’est évident. L’exemple est criant sur les dernières semaines notamment. Le match nul face à Tottenham (2-2) a fait beaucoup de mal, tout comme la défaite face à Everton. Il faut remonter loin pour trouver une défaite de Guardiola sur le score de (4-0). L’équilibre de City est très précaire, ce qui n’est pas le cas de Monaco, en témoigne un parcours détonant en Ligue 1. S’il y a bien une année où les monégasques doivent sortir City, c’est maintenant. Pour moi, Monaco est favori, sans aucun problème !

Pourquoi ne pas se projeter plus loin dans la compétition alors ? Rééditer l’exploit de 2004 en atteignant la finale est-il envisageable  ?

C’est plus compliqué. Derrière il restera des équipes comme le Real, le Bayern, la Juve … ce n’est plus la même limonade. On parle d’équipes qui ont toutes remporté la Champions League plusieurs fois. Atteindre les demis-finale, ce serait quand même autre chose pour l’ASM.

Eliminé deux fois par le Barça, le PSG retrouve une nouvelle fois les blaugranas assez tôt dans la compétition. La marche est-elle toujours trop haute pour les hommes d’Unai Emery ?

Non, je dirais même qu’elle est plus basse que les années précédentes. En 2013 et 2015, Barcelone était plus fort que Paris, et que bon nombre d’équipes européennes. Mais le Barça d’aujourd’hui est moins fort que l’équipe qui a éliminé Paris en quarts de finale à l’époque. Le milieu de terrain est vieillissant, Busquets est beaucoup moins rapide sur ses ballons par exemple, la défense reste un chantier colossal pour Luis Enrique. De plus, l’équipe a dû faire face à de nombreuses blessures, je pense forcément à Iniesta, Rakitic. Le mercato intéressant du Barça a apporté des joueurs de complément, et non pas des joueurs de niveau Champions League. Ni André Gomes ni Arda Turan ne pourront compenser les blessures des joueurs clés. J’insiste vraiment sur la défense barcelonaise, qui me paraît très légère pour aller loin dans cette compétition.

Le Barça est donc moins fort que les années précédentes, Quid du Paris Saint-Germain ?

Il est évident que cette saison, Paris a connu des périodes de doute. Un jour l’équipe est étincelante et le lendemain elle se retrouve en difficulté en ne produisant pas un jeu très satisfaisant, ou peut-être digne de ses réelles capacités. Pour autant, Paris gagne, Paris reste qualifié dans toutes les compétitions et est encore en course pour être champion de France. Quand une éventuelle élimination viendra, les bilans se feront. C’est à la fin que l’on dresse un bilan. Pour l’instant, le PSG est là. Certes tout n’est pas joli, mais ça passe. Face à un Barça qui a perdu de sa superbe, si Emery parvient à optimiser le potentiel de son équipe comme il devrait savoir le faire, je pense que Paris est tout à fait capable d’éliminer Barcelone. Je ne mettrais pas de réel favori, pour moi c’est du 50-50.

Comme chaque année, les grosses écuries européennes sont bien présentes en huitièmes de finale. Selon-vous, quelle formation manque le plus à cette édition 2016-2017 de la  Champions League ?

Les équipes anglaises, bien évidemment. L’Angleterre est en train de faire face au miroir des réelles capacités de son football, ultra hégémonique il y a encore quelques années. Si je ne devais choisir qu’une équipe je dirais Manchester United. C’est une équipe historique sur la scène européenne et il est indéniable que ce type de clubs manque à la C1. Il aurait été bon d’avoir du Zlatan, du Paul Pogba and co dans cette édition.

Pourquoi Man United plus que Liverpool, qui a tout de même remporté quatre fois la C1 dans son histoire et devance les Red Devils en Premier League ?

Actuellement, je pense que Liverpool reste un peu moins fort que United. Jurgen Klopp est un excellent entraîneur. J’aime beaucoup sa philosophie de jeu et son équipe a de réelles capacités.  Ce qu’il a fait à Dortmund est remarquable et on se souvient tous de cet incroyable match en demis-finale de l’Europa League la saison dernière. Nul doute qu’il aura tout ce qu’il faut pour réussir en C1 dans les années prochaines.

A titre personnel, quelle équipe voyez-vous remporter la compétition cette année ?

Difficile de se prononcer, mais mon coeur vous dirait le Real Madrid. Car je pense qu’il s’agit d’une équipe bâtie pour l’Europe et nous vivons actuellement les dernières années de grande forme de Cristiano Ronaldo, il aura à coeur de performer. Zidane vient de vivre une période difficile sur le plan des absences, blessures … si des joueurs comme Bale reviennent en forme, je pense qu’il sera très difficile de venir à bout du Real. Toutefois, je mettrais un joker sur les équipes françaises. Tout est possible.

Vous évoquez justement le Real Madrid. Zinédine Zidane a réalisé une première année historique à la tête de cette équipe en remportant la C1, et en battant notamment ce record d’invincibilité en Liga. Qu’est ce que cela vous inspire ? Zidane peut-il entretenir une telle dynamique au cours des prochains mois ?

Tout s’arrête un jour. Carlo Ancelotti a aussi eu ce type de dynamique au Real Madrid avant de connaitre une période plus difficile, alors que pour moi, Ancelotti est un des meilleurs entraineurs du monde, que ce soit sur l’aspect tactique ou les relations humaines. Je pense que Zidane a beaucoup appris à ses côtés en tant qu’adjoint. Tout comme Ancelotti, c’est un pacificateur, également fin stratège, qui a aussi été un joueur hors du commun. Son expérience de coach est déjà très impressionnante. Il a réussi à gérer son vestiaire en prenant des décisions payantes, il fallait tout de même oser mettre Cristiano Ronaldo sur le banc lors de certaines rencontres. Zidane l’a fait, et il a réussi à préserver l’unité du groupe y compris lorsque la moitié de son onze était à l’infirmerie. C’est toute la force de cette équipe qui est encore leader devant le Barça avec deux matchs en moins, ce n’est pas rien en Espagne !

Merci d’avoir répondu à nos questions Alexandre

Emilien DIAZ, interview réalisée le 8 février 2017. Deuxième partie à lire prochainement sur labeautedufootball.fr

Manchester City – AS Monaco ; Bayer Leverkusen – Atlético Madrid – 21/02 à 20h45 sur beIN Sports 1 et beIN Sports 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut