À la découverte de Thomas Meunier, la rampe de lancement des Diables Rouges

Épatant avec la Belgique depuis le début de l’Euro, Thomas Meunier a beaucoup fait parler de lui ces dernières semaines. Si, après Ben Arfa et avec  Grzegorz Krychowiak, il est en pôle position pour rejoindre les rangs du Paris-Saint-Germain la saison prochaine, c’est qu’il a véritablement tapé dans l’oeil des dirigeants franciliens. Unaï Emery en aurait fait sa priorité dans le secteur défensif.
Un pur produit du Pays Plat
Né à Sainte-Ode (Belgique) en septembre 1991, c’est dans cette même bourgade que Thomas Meunier tâte le cuir pour la première fois, sous les couleurs du Royal Union Sportive Sainte-Ode. Puis, après avoir gravi les échelons, au sein des équipes de jeunes du Royale Union Sportive Givry, il rejoint le Standard de Liège pour deux saisons, en 2004. Malgré une sélection chez les internationaux U16, il n’est pas conservé par le Standard à cause de blessures à répétition. Il s’engage alors avec le Royal Excelsior Virton, club de troisième division belge, où il est intégré à l’équipe A et signe professionnel en 2009… en tant qu’attaquant de pointe. Lors de l’exercice suivant, il effectue une saison pleine, au cours de laquelle il inscrit de nombreux buts et délivre quelques précieuses passes décisives. Grâce à cela, il est courtisé par des clubs d’envergure, et notamment l’Olympique de Marseille. Finalement, ce sont les couleurs du FC Bruges qu’il choisit de porter à l’été 2011, et sous lesquelles il est replacé au poste d’arrière droit par Juan Carlos Garrido. Appelé dans le groupe de Marc Wilmots suite à de nombreuses blessures en défense, il a été nommé dans l’équipe-type du premier tout de l’Euro 2016.

Un atout de taille pour le PSG
Du haut de son mètre 90, Thomas Meunier fait des ravages. À tel point qu’à 24 ans, il est devenu la priorité défensive d’Unaï Emery et de Nasser Al-Khelaïfi. L’entraîneur espagnol ne fait pas les choses à moitié… L’expérience et la formation du latéral droit font de lui un joueur extrêmement polyvalent, capable de jouer à peu près partout sur le terrain. De ce fait, si sa clause de 7 millions d’euros est payée par le PSG, le Belge sera alors amené à jouer un rôle de joker de luxe, en remplacement d’un Serge Aurier parfois irrégulier, voire même d’un milieu de terrain si l’effectif parisien se retrouve décimé par les blessures. Combatif, ses longues chevauchées sur l’aile droite déboulonnent les défenses adverses, et lui permettent se projeter très rapidement vers l’avant. Habile balle au pied, il n’hésite pas à jouer de sa technique pour effacer un adversaire, et reste friand des combinaisons à plusieurs. Intégré au bloc défensif parisien, il serait alors en mesure de créer des situations plus qu’intéressantes, aux côtés de techniciens tels que Marco Verratti, Angel Di Maria, ou encore Hatem Ben Arfa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut