À la découverte de: Radja Nainggolan, portrait d’un joueur atypique qui ne cesse de monter en puissance.

Radja Nainggolan n’est pas un joueur comme les autres. Bien que son caractère et son physique aient poussé certains connaisseurs du ballon rond à le comparer au talentueux et fougueux Gennaro Gattuso, le joueur de 27 ans n’en reste pas moins hors norme et singulier, de par ses racines et son style de jeu.

pics5

Né à Anvers (Belgique) d’une mère flamande et d’un père Indonésien, Radja n’a pas vécu une enfance très gracieuse. En effet, Papa Nainggolan ne se sera pas éternisé au foyer familial, obligeant sa femme d’élever ses deux enfants seule, comme l’explique le milieu de terrain.  « J’ai grandi seul avec ma mère, mon père est parti très tôt. Il nous a laissés dans une situation précaire, ce n’était pas facile. »

Très vite, le jeune Radja,- prénom qui signifie « Roi » en Indonésien -, s’intéresse au football. Ses débuts dans le club de Koninklijke Beerschot Antwerpen sont satisfaisants, et il ne tarde pas à se faire remarquer parmi les jeunes.

pics3piacenza

En 2005, le jeune joueur fait le grand saut et quitte la Belgique afin de rejoindre Piacenza, ville frontalière de la Lombardie, au nord de l’Italie. Il n’a alors que 16 ans lorsqu’il découvre le football professionnel, et plus précisément la Série B. Il faudra trois ans d’acclimatation au milieu de terrain, avant de véritablement exploser sous le maillot rouge de Piacenza lors de la saison 2008-2009.

Naingo cag

Très vite remarqué par les écuries de Série A, le joueur d’1m75 est prêté en janvier 2010 à Cagliari, où il vivra des débuts compliqués en première division Italienne. Pour autant, le club croit en lui et officialise son arrivée définitive, le début de longues et belles années dans l’élite Italienne. Sous les couleurs Rossoblu, Radja impressionne et se fait très rapidement une place de titulaire. Il jouera 36 matchs dès sa première ‘vraie’ saison en Sardaigne, et ne cessera d’impressionner ses coéquipiers et dirigeants.  Utilisé le plus souvent au poste de milieu défensif ou milieu gauche, le joueur Belge deviendra le chouchou des tifosis de Cagliari, qui lui trouvent notamment le surnom d’ « El Guerro », faisant référence à sa mentalité d’homme qui ne lâche rien, et à sa combativité flagrante sur le terrain.

pics6

Après quatre saisons pleines, de grands clubs Européens  font du joueur leur cible principale pour le mercato d’été 2013. Alors que la Juventus, Naples et même le PSG semblent se faire guerre seuls afin d’enrôler la pépite Radja, c’est finalement la Roma qui convaincra le joueur et les dirigeants. Juillet 2013, Nainggolan part sous forme de prêt et s’envole pour la capitale Italienne, avant de devenir par la suite officiellement Romanista en signant pour le long terme avec le club de toujours de Francesco Totti. L’homme à la crête deviendra alors un élément indispensable du club, et aide la Roma à rêver en grand en la repositionnant dans la course au titre. Son impact dans le jeu est exceptionnel, à tel point qu’il poussera Strootman sur le banc, devenant un titulaire exemplaire au sein de l’effectif Giallorossi.

Malgré son caractère bien trempé qui lui vaut parfois des critiques, à cause notamment de ses nombreuses insultes sur Twitter du genre « testa di cazzo », « vai a fanculo » ou encore « tifoso di merda » destinés à des supporteurs de la Vieille Dame, Nainggolan fait globalement l’unanimité dans le club de La Louve.

Naingo belgique

Auteur, récemment, d’un superbe but face à l’équipe de France sous les couleurs de la Belgique, le « Ninja » gagne de plus en plus la confiance de Marc Wilmots, son sélectionneur, et devient un élément central de l’entre jeu des Diables Rouges.

naingo roma

Aujourd’hui, malgré un (nouveau) très grand intérêt du Paris Saint Germain et la convoitise de nombreux autres grands clubs Européens, Nainggolan devrait rester à Rome. Sa sœur jumelle, attaquante de la Res Roma qui évolue en D1 Italienne, a certifié l’amour qu’avait son frère pour le club de la capitale. « Radja est attaché à ce maillot et aux fans, il veut rester ici encore longtemps. »

Bien qu’il pourrait être intéressant de voir Nainggolan évoluer en Angleterre par exemple, il ne fait aucun doute sur le fait que la Roma soit un club qui lui corresponde totalement.

Dévoué pour son équipe et ses fans, l’homme aux nombreux tatouages pourrait faire rêver les supporteurs Giallorossi encore un bon bout de temps. Tout le peuple Belge s’impatiente désormais de le voir fouler les pelouses françaises pour l’Euro 2016, afin de mener son équipe vers un sacre qui ne s’apparente pas impossible à aller chercher.

Jean-Romans Gaudriot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut