À la découverte de : Marcos Alonso, le talentueux latéral Espagnol

À l’occasion de la treizième journée de Premier League, Liverpool (cinquième avec 22 points) reçoit Chelsea (troisième avec 25 points) pour le choc de ce weekend ! Cette affiche prestigieuse pourrait être une demi-finale de Ligue des Champions, comme on l’a connu par le passé. Il n’en est rien, et c’est pour les trois points que Reds et Blues batailleront demain. En cas de victoire devant leur public, les joueurs de Jürgen Klopp reviendraient à égalité avec Chelsea. Pièce maîtresse du onze d’Antonio Conte, Marcos Alonso devrait probablement être encore titulaire à Anfield. Fils et petit-fils de footballeur (Real et Barça quand même), le jeune Espagnol réalise de très bonnes performances en ce début de saison. Retour sur le parcours et les expériences (déjà) très riches du latéral.

Chelsea's Spanish defender Marcos Alonso controls the ball during the English Premier League football match between Chelsea and Manchester United at Stamford Bridge in London on November 5, 2017. / AFP PHOTO / Adrian DENNIS / RESTRICTED TO EDITORIAL USE. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 75 images, no video emulation. No use in betting, games or single club/league/player publications. /
Marcos Alonso a inscrit trois buts en Premier League cette saison, autant qu’Eden Hazard / AFP PHOTO / Adrian DENNIS

Un défenseur athlétique, doté d’une patte gauche magique, rapide et qui en plus met des buts ? Voici le cocktail tonitruant de Marcos Alonso. Il incarne parfaitement le défenseur moderne. Très important dans les phases offensives, il est également très propre en défense. Il s’intègre parfaitement au système à cinq instauré par Conte.

Des premières années galères

Un de plus, Marcos Alonso fait partie de ses joueurs partis trop tôt de leur centre de formation. Il n’a jamais réussi à s’imposer à Madrid. D’abord passé par les équipes de jeunes, puis par la Castilla en segunda division (39 matches), il n’aura joué que quelques petites minutes avec l’équipe première, alors entraînée par Manuel Pellegrini. Comme beaucoup, il choisit l’exportation et atterri à Bolton à l’été 2010, il a alors 19 ans. Marcos Alonso est un exemple de persévérance et de travail. Avec les Trotters, il attendra six mois avant de jouer son premier match en Premier League ! En mai 2011, moins d’un an après son arrivée, le jeune défenseur est inculpé pour homicide par imprudence (alcoolisé) suite à un accident de voiture où sa passagère de vingt ans trouve la mort. Il sera finalement remis en liberté.

Lourd et marqué par cet événement dramatique, il finira par se relever. Coté terrain, il ne joue pas beaucoup (seulement neuf rencontres de Premier League en deux ans). À la fin de la saison 2011/2012, Bolton est relégué en Championship. Cette troisième et dernière année est la bonne pour l’ancien de la Castilla. Il réalise une bonne saison (26 matches, quatre buts et deux passes décisives). Après trois années en demi-teinte, l’Espagnol change d’air et est transféré à l’été 2013 à la Fiorentina. Là encore, il continue son ascension et peaufine son apprentissage du haut niveau. Après six mois où il ne joue que très peu (trois petites rencontres), Marcos Alonso rejoint en prêt Sunderland jusqu’à la fin de la saison.

Quand le travail est recompensé

Ce retour en Angleterre est extrêmement bénéfique. Il est titulaire chez les Black Cats et dispute vingt matches, dont une victoire à Stamford Bridge contre Chelsea. À son retour chez la Viola, Marcos Alonso n’est toujours pas installé dans un fauteuil de titulaire. Il dispute néanmoins 22 rencontres de Serie A et 10 matches d’Europa League. C’est vraiment lors de la saison suivante (2015/2016) qu’il jouera quasiment tous les matches de la Fio (31 matches de Serie A, trois buts et quatre passes décisives).

La suite, on la connaît : été 2016, Chelsea achète l’Espagnol dans les derniers instants du mercato pour 23 millions d’euros, afin de combler le départ de Felipe Luis. Bénéficiant du changement de système d’Antonio Conte au cours de la saison dernière, il devient titulaire indiscutable sur son flanc gauche. Il participe à 31 matches de Premier League, inscrit six buts (dont ce superbe coup-franc) et délivre trois passes décisives ! Il devient Champion d’Angleterre et finaliste de la FA Cup.

Et son avenir ?

S’il continue ses bonnes performances, pas de doute que le joueur de 26 ans deviendra un incontournable à son poste. Initialement en concurrence avec Cesar Azpilicueta chez les Blues, Antonio Conte, avec son système, utilise les deux joueurs en même temps. Azpilicueta étant utilisé à droite de la défense axiale, et Alonso sur le flan gauche. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Marcos Alonso n’a jamais été appelé en sélection nationale.

La faute à une concurrence extrêmement relevée à ce poste avec la Roja. Jordi Alba semble être devant, mais la bataille est possible avec Alberto Moreno. Les deux Espagnols vont d’ailleurs s’affronter demain ! Malheur au vaincu ? Auteur d’un bon début de saison en Premier League avec trois buts en douze matches, pas de doute que Lopetegui va se poser des questions au moment de la prochaine liste. On vous rassure, le joueur des Blues a déjà joué pour son pays. Avec les U19, en 2009, pour quatre petites sélections. Cela commence à faire un petit moment.

Il paraîtrait que Zizou souhaite remettre la main sur Marcos Alonso. L’histoire serait belle si l’ancien Merengue retournait au Real. Également un très beau clin d’œil à son grand-père qui avait porté les couleurs de la Maison Blanche. Seul l’avenir nous le dira.

Théophile Rémon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut