Les 5 dates : qui ont fait l'histoire des Lyon – PSG

Dimanche soir à 21h, l’Olympique Lyonnais  (7ème) recevra le Paris Saint-Germain (3ème) en clôture de la 14ème journée de Ligue 1.  Plus qu’un match, cette rencontre est un véritable classique de notre championnat entre les deux équipes les plus titrées des années 2000 :  les rhodaniens comptent sept titres de champion (2002-2008) contre quatre pour le club de la capitale (2013-2016) . Retour en 5 dates sur une confrontation aux allures de Ligue des Champions, qui a marqué l’histoire du football français. 

NB : Il s’agit de dresser ici le bilan des confrontations qui se sont déroulées en terres lyonnaises, et non au Parc des Princes.

13 Septembre 1975 (8è journée) : La remontada fantastique des Gones (4-4)

En ce début de saison 1975, le Paris Saint-Germain, entrainé par un certain Just Fontaine se présente au Stade Gerland avec un statut de favori. La première mi-temps est à sens unique et confirme les difficultés lyonnaises : dominés dans tous les secteurs de jeu, les coéquipiers de Raymond Domenech encaissent quatre buts avant la 65ème minute (csc, Dhaleb, Novi et M’Pété). La rencontre semble pliée mais le but de Bernard Lacombe (1-4) réveille des gones qui n’ont visiblement pas dit leur dernier mot. En dix minutes, l’OL inscrit trois nouveaux buts par l’intermédiaire de Lacombe, Mariot et Domenech et parvient à égaliser contre toute attente. Un scénario impensable aux allures de défaite pour des parisiens qui maitrisaient la rencontre avant de totalement en perdre le contrôle (4-4). Avec un public retrouvé, les lyonnais tiennent le résultat jusqu’au coup de sifflet final et signent la plus belle remontada de leur histoire en Ligue 1.

stade-gerland

18 Septembre 1993 (9è journée) : Paris en maître à Gerland (1-3) 

La saison 93 est celle de la réussite pour le Paris Saint-Germain. Avec des joueurs comme David Ginola, Alain Roche, Bernard Lama, Georges Weah et Daniel Bravo, le club de la capitale parvient à se hisser en demi-finale de la Coupe UEFA (sa meilleure performance), remporte la Coupe de France et termine deuxième du championnat. Une année prolifique donc, qui débute par un succès net et sans bavure sur la pelouse de Gerland (1-3), face à l’OL alors entraîné par Jean Tigana. Si le score n’est pas tellement flatteur, il demeure important dans le sens où jusqu’alors, les deux équipes semblaient relativement proches l’une de l’autre en Ligue 1. Or cette rencontre de Septembre 1993 marque un tournant dans l’historique des confrontations et vient définitivement entériner la supériorité parisienne. Brillant gardien à l’époque, Pascal Olmeta semble impuissant face aux attaques fulgurantes du duo Weah-Ginola et ne peut que constater les dégâts, allant chercher trois fois le ballon au fond de ses filets. Un succès majeur pour le Paris SaintGermain qui finira la saison en refusant le titre de champion qui lui sera décerné après le déclassement de l’Olympique de Marseille.

25 Février 2012 (25ème journée) : Quarante ans après … (4-4) 

Près de quarante ans après l’incroyable rencontre qui avait permis au Gones d’arracher un nul historique, les deux équipes nous livrent à nouveau un match d’anthologie. Après trois matchs consécutifs sans victoire, le PSG de Carlo Ancelotti n’a pas droit à l’erreur sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais. Après l’arrivée de QSI, le club de la capitale entend bien rentabiliser les millions d’euros dépensés lors du mercato pour glaner son premier titre de champion depuis 1994. Entre tension, rythme, intensité, buts et coups de théâtre, le match est complètement fou. Guillaume Hoarau ouvre rapidement le score pour les parisiens, mais la défense rouge et bleue prend l’eau, concédant trois buts en l’espace de 5 minutes (Gomis, Lopez, Bastos). Inquiet, Ancelotti demande un sursaut à ses joueurs qui parviennent tout de même à réduire l’écart par l’intermédiaire de Néné juste avant la mi-temps (3-2). La seconde période est toute aussi passionnante : elle voit l’OL reprendre le large grâce à une réalisation de Jimmy Birand, avant que Ceara, puis Hoarau dans les toutes dernières secondes ne viennent sauver les parisiens d’une nouvelle désillusion. Un match dantesque qui résonne comme une revanche du (4-4) de 1975. Les coéquipiers du brésilien Néné ne parviendront cependant pas à décrocher le titre en fin de saison, devancés par Montpellier.

hoarau

8 Février 2015 (24ème journée) : Dernière à Gerland (1-1) 

Pour sa tournée d’adieu dans son mythique stade de Gerland, l’Olympique Lyonnais reçoit un Paris Saint-Germain double champion de France (2013 et 2014). Pour autant, c’est bien le club de Jean-Michel Aulas qui caracole en tête de la Ligue 1 en ce début de mois de février, quand les hommes de Laurent Blanc complètent le podium. Au terme d’un match haletant et riche en occasions, les deux équipes se quittent sur un score de parité. Après avoir longtemps mené au score, l’OL, qui a marqué sur l’une de ses rares intrusions dans la surface, concède donc un dernier nul à Gerland (1-1) face à un PSG, qui s’est souvent heurté à un Anthony Lopes des grands soirs. Plus que le  résultat, c’est la portée de cette rencontre qui demeure historique puisque les prochains “classiques” se dérouleront dans le nouveau stade de l’Olympique Lyonnais. Néanmoins, elle permet aux Gones de rester en tête du classement, Paris est 3e, deux points derrière.

parc-ol

28 février 2016 (28ème journée) : Lyon met fin à 6 mois d’invincibilité (2-1)

Saison 2015-2016 : le PSG de Nasser al-Khelaifi domine outrageusement le championnat. Forts de leurs 3 titres de champions, les hommes de Laurent Blanc surfent sur la vague de la victoire avec une insolence à faire pâlir tous les clubs de l’élite. Au soir de la 28ème journée, le PSG de Thiago Silva est toujours invaincu et pourrait bien réaliser l’exploit des invincibles, en référence à l’incroyable saison 2004 des gunners d’Arsenal, invaincus au terme du championnat. Troisièmes au coup-d’envoi, les rhodaniens font mieux que rivaliser, et ouvrent même la marque par l’intermédiaire de Cornet (13ème minute). Appliqués en défense et proposant un jeu très intéressant, les hommes de Bruno Génésio posent d’énormes problèmes à une équipe parisienne visiblement tétanisée par l’enjeu. La domination lyonnaise se concrétise une nouvelle fois avant la mi-temps et c’est Sergi Darder qui offre le but du break aux Gones. La réduction du score de Lucas (51ème) ne suffira pas aux hommes de Laurent Blanc, qui chutent pour la première fois de la saison. L’OL tient son première exploit dans son Parc OL flambant neuf  et peut savourer une victoire amplement méritée. Un exploit que les lyonnais tenteront de rééditer ce dimanche.


 
Emilien DIAZ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut