Les 5 dates de Ronaldo : l'éternel phénomène

Pour fêter dignement les 40 ans d’Il Fenomeno, LBDF vous propose de retracer sa carrière en cinq dates. De Rio de Janeiro à Barcelone, en passant par Madrid et Eindhoven, retour sur le parcours d’un géant du football.

Le 13 septembre 1994 – Un triplé pour son premier match européen

Après une première saison professionnelle avec Cruzeiro, où il a claqué 58 buts en 60 matchs, Ronaldo est appelé pour le mondial américain de 1994. Sept matchs plus tard, et sans avoir joué la moindre minute, le gamin de Rio de Janeiro est sacré champion du monde. Et tout ça, à 17 ans. Dans la foulée, il débarque en Europe et signe à Eindhoven. Les premiers pas du Carioca au pays des tulipes ne sont pas simples, mais il s’accroche avec l’espoir que ça paye un jour.

« Ce fut très difficile. J’avais à peine 17 ans. La Hollande est un pays très différent du Brésil, où il peut faire moins 30 degrés. Pour quelqu’un qui a grandi à Rio, ce n’est pas une bonne nouvelle ! J’ai beaucoup souffert du froid. Parfois à l’entraînement, j’étais vraiment frigorifié. J’avais froid partout : aux pieds, aux jambes, aux mains, au cou, aux oreilles, partout. Je ne pensais pas que dans ma vie, j’aurais un jour aussi froid. L’alimentation aussi posait problème. Je ne parlais pas la langue et j’avais beaucoup de mal à choisir ce que je voulais sur le menu. J’ai mis des années à apprendre la langue. Aujourd’hui, je ne parle plus le Hollandais car je ne l’utilise plus. Mais sur le terrain, je m’amusais. Le sacrifice en valait donc la peine » a-t-il expliqué au site de la Fifa.

ronaldo-psv
Ronaldo sous le maillot du PSV

Un mois après son arrivée, Ronaldo s’apprête à disputer son premier match européen. Direction Leverkusen pour affronter le Bayer en trente-deuxièmes de finale de la coupe de l’UEFA. Et si, le match se termine par une élimination du PSV, ce soir-là, Ronaldo impressionne l’Europe. Mené 4 buts à 1 par les allemands, le club hollandais va entreprendre une folle remontée grâce à son numéro neuf. Après avoir transformé un penalty en début de match, le Brésilien va s’offrir une magnifique frappe du droit. Il reprend ensuite un centre et trompe de nouveau le portier allemand. De quoi enthousiasmer le commentateur hollandais :

« C’est incroyable ! C’est Ronaldo contre le Bayer Leverkusen ! Et maintenant, ça fait 4-3 ! Souvenez-vous, ce brésilien n’a que 17 ans ! S’il continue comme cela, il pourra jouer n’importe où en Europe ! ».

Et même un peu plus que cela.

« Dadado » conclut sa première saison chez les rouges et blancs par un titre de meilleur buteur du championnat avec 30 buts en 32 matchs. Pas mal hein. Et pour sa deuxième saison, s’il ne dispute que treize matchs à cause d’une blessure, il parvient à inscrire douze buts. Forcément, le PSV ne peut résister au Barça qui propose dix-huit millions d’euros pour s’attacher les services du prodige brésilien.

Le 12 octobre 1996 – Le plus beau but de sa carrière

Comme au PSV, Ronaldo réussit ses débuts avec le Barça en inscrivant un doublé pour son premier match. Au delà de ses statistiques une nouvelle fois impressionnantes (34 buts en 37 matchs) et des coupes remportées avec les Blaugrana, on retient de Ronaldo au Barça un but exceptionnel.

Le 12 octobre 1996, les catalans se rendent à Saint-Jacques de Compostelle pour y affronter la SD Compostelle. En une action, Ronaldo va trouver le chemin du but. Il récupère, dans un premier temps, le ballon dans sa moitié de terrain. S’ensuit une course folle, où il laisse les défenseurs du club de Compostelle sur place puis dribble deux joueurs dans la surface avant de crucifier le portier. Ça méritait bien un « Que Golazo ! » du commentateur, les applaudissements du San Lázaro et la mine stupéfaite de Fernando Vasquez, l’entraîneur de Compostelle.

« Ce soir-là, un ange est passé sur le terrain, et il était chauve et brésilien. Quand j’y repense, ce qui est incroyable, c’est qu’il a traversé 60 mètres sans jamais freiner sa course. Nous étions comme des enfants en train d’essayer d’attraper un fauve. Ce but, c’est un peu ma croix, on m’en parle encore dans la rue » relatait alors le coach de la SD Compostelle, Fernando Vasquez.

Le 30 juin 2002 – Double buteur en finale de la CDM 2002

Après une petite saison au Barça, Ronaldo rejoint l’Inter de Milan où il va passer cinq saisons compliquées. Si ses deux premières saisons sont bonnes, il obtient ainsi le Ballon d’Or en 1997 à seulement 21 ans, les trois suivantes seront décevantes. L’attaquant des Nerazzurri est ainsi contrarié dans sa progression par de nombreuses blessures. Mais l’année 2002 va sonner l’heure de la renaissance pour lui. Sous le maillot auriverde, Ronaldo va redevenir « Il Fenomeno ».

Quatre ans après un bon Mondial 1998, malgré la finale perdue et la polémique sur son état de santé, il est de nouveau sélectionné pour le Mondial 2002. Il entame sa Coupe du monde de la meilleur des manières en faisant trembler les filets dès l’entrée en lice du Brésil face à la Turquie (2-1). Au total, il claquera huit buts durant la compétition dont deux qui offrent à la Seleção un nouveau sacre. Le 30 juin 2002, à 26 ans, Ronaldo connaît sa troisième finale de Coupe du monde. Et il va faire mal, très mal.

ronaldo-2002
Ronaldo lors de la finale du Mondial 2002

Coiffé d’un magnifique toupet, le Brésilien ne parvient pas à concrétiser trois grosses actions en première mi-temps face aux allemands. Mais il va se rattraper en deuxième.

Á la 66ème minute de jeu, il récupère le ballon après avoir pressé Hamann, il adresse alors une passe à Rivaldo qui frappe. Oliver Kahn relâche le ballon et Ronaldo, présent au bon endroit au bon moment, le trompe du droit. 1-0.

Douze minutes plus tard, il est à la réception d’un centre et place sa frappe au ras du poteau droit. 2-0.

Ronaldo est double champion du monde mais cette fois-ci, il a joué un rôle majeur dans le cinquième titre de l’Histoire du Brésil. Un monstre.

« On m’avait dit que je n’aurais pas dû le sélectionner, qu’il n’avait aucune chance d’être prêt physiquement et dans le rythme. Sauf que Ronaldo était capable de marquer les yeux fermés. Il a réussi un tournoi fantastique et il a su faire la décision au moment le plus important, alors que la pression en finale devenait irrespirable.” avait expliqué Luis Felipe Scolari, alors sélectionneur du Brésil au site de la FIFA.

Le 23 avril 2003 – Quand Old Trafford salua la prestation de Ronaldo

Brillant lors du Mondial 2002, Ronaldo devient une cible du Real Madrid qui le fait signer contre quarante deux millions d’euros. Le galactique ne tarde pas à s’imposer et inscrit trente buts pour sa première saison chez les Merengue. L’attaquant brésilien participe également à la campagne des Madrilènes en Ligue des Champions. C’est d’ailleurs dans cette compétition qu’il va faire se lever Old Trafford.

Au match aller, le Real l’avait emporté 3 à 1 et venait donc chercher sa qualification en demi-finale ce 23 avril face à Manchester United. Dans un match de folie, les Red Devils vont tout tenter pour refaire leur retard. Ils finiront par l’emporter 4 buts à 3 mais pas à se qualifier. On connaît le coupable.

https://www.youtube.com/watch?v=EkzZoToB_2g

Les supporters de MU, pas rancuniers ce soir là, ont salué la prestation de l’artiste en lui offrant une standing-ovation. Un moment unique pour le principal intéressé.

« C’était incroyable ! J’ai réussi à marquer un triplé et j’ai été vraiment étonné de la réaction des gens dans le stade. Quand le remplacement a eu lieu, ils se sont levés et m’ont applaudi. C’était une situation unique et un moment très spécial pour moi. Je n’avais jamais vécu une expérience similaire avant ça. » a-t-il relaté au site de l’UEFA.

ronaldo-retraite

Le 14 février 2011 – Une retraite et des larmes.

En 2009, après deux saisons mitigées au Milan, entre blessures et embonpoint, l’attaquant retourne au pays et signe au Corinthians. Il inscrit douze buts lors de sa première saison avec le club de São Paulo et six la saison suivante. Mais son corps et sa tête ne suivent plus. Il Fenomeno n’est plus capable d’évoluer au haut niveau. Il annonce alors sa retraite le 14 février 2011 durant une conférence de presse à la fois simple et émouvante. Ronaldo s’explique les larmes aux yeux. Il n’en peut plus.

«Je suis venu vous dire que je mettais fin à ma carrière. Je voulais continuer, mais je n’y arrive plus. Je pense à une action, mais je n’arrive pas à l’exécuter comme je le souhaite. Il est temps. Il y a quatre ans, j’ai découvert que je souffrais d’une maladie appelée hypothyroïdie qui attaque le métabolisme et dont le traitement suppose la prise d’hormones qui sont interdites dans football par les règlements anti-dopage. Jeudi, quand j’ai pris ma décision, j’avais l’impression d’être dans une unité de soins intensifs, en phase terminale. Cette annonce est comme ma première mort. C’est très dur d’abandonner quelque chose qui t’a rendu aussi heureux”.

Et de voir arrêter ses idoles aussi.

Julie Degrenier

 

0 commentaire pour “Les 5 dates de Ronaldo : l'éternel phénomène

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut