5 choses à savoir sur les "champions d'automne"

Ce mercredi, le Paris Saint-Germain a remporté un nouveau titre de champion d’automne. Un statut honorifique qui récompense les équipes en tête à mi-parcours devenu néanmoins très populaire ces dernières années. Cependant, voici cinq choses que vous ne savez pas sur ces “champions d’automne”.

#1. Pourquoi champion d’automne ?

Cette année, le dernier match des phases allers s’est déroulé le 20 décembre 2017, soit un jour précisément avant le retour de l’hiver dans l’Hexagone. Et tous les ans, se sont à peu près les mêmes dates qui reviennent. Ainsi, pourquoi pas “champion d’hiver”, puisque le titre récompense celui qui passera l’hiver avec la couronne ? La question est plutôt pertinente mais l’histoire précise que celui-ci récompense celui qui, à la fin de l’automne, s’assoit sur le fauteuil de leader. Et même si la neige est là et que l’automne paraît déjà très loin, c’est comme ça.

#2. Quel pourcentage de chance de remporter le titre ?

Titre honorifique, le statut de “champion d’automne” ne rapporte qu’un minimum de fierté. Et en plus de ça, il n’est que rarement gage de victoire à l’issue de la saison. En effet, depuis la saison 1975/1976, seulement 21 clubs leaders à mi-parcours ont finalement remporter le championnat, soit moins d’un club sur deux. Certains clubs se sont même écroulés lors de la phase retour. C’est le cas d’Auxerre en 1992-1993 qui a finalement terminé à la 6ème place, et des Girondins de Bordeaux en 2009-2010, eux-aussi recalés à la 6ème place.

Sous Marcelo Bielsa, les Marseillais ont été couronnés champions d'automne sans toutefois soulever le titre en fin de championnat.
Sous Marcelo Bielsa, les Marseillais ont été couronnés champions d’automne sans toutefois soulever le titre en fin de championnat.

#3. Quel est le plus faible champion d’automne ?

Il s’agit là de différencier la Ligue 1 avant et après la saison 1993/1994, puisque avant seulement deux points étaient accordés en cas de victoire. Toutefois, il faut remonter en 2000/2001 pour élire le pire champion d’automne de l’ère contemporaine en la personne des Girondins de Bordeaux. Le statut, qui ne semble définitivement pas réussir aux Bordelais, leur avait été accordé avec seulement 30 petits points. A titre de comparaison, avec ce total, les Girondins ne seraient classés que 6ème dans la Ligue 1 actuel. Il faut toutefois nuancer : la Ligue 1 de l’époque ne comprenait que 18 équipes et non 20, le total ayant donc été obtenu après 17 rencontres. Néanmoins, même avec deux victoires en plus et 6 points accordés, les Bordelais ne seraient que 5ème aujourd’hui. Ils avaient d’ailleurs terminé à la 4ème place

#4. Quel est le plus fort champion d’automne ?

Avec 50 points cette saison, le PSG effleure seulement son propre record acquis en 2015/2016 avec 51 points. Ils avaient d’ailleurs conclu la phase aller sans encaisser la moindre défaite, et en remportant leur quatrième titre consécutif à l’issue de la saison. Ce ne sont pas les deux seules fois que la barre des 50 points est franchie puisque les Lyonnais version 2006/2007 affichaient le même bilan que le PSG contemporain, avec 16 victoires, 2 nuls, et une petite défaite.

Le PSG version 2017/2018 n'est qu'à une unité de son record établi il y a deux ans.
Le PSG version 2017/2018 n’est qu’à une unité de son record établi il y a deux ans.

#5. Le titre existe-t-il dans d’autres pays ?

Le terme est plus ou moins utilisé dans les pays voisins. En Suisse, en Allemagne, en Italie ou aux Pays-Bas, il est utilisé comme en France en tant que simple titre honorifique. Néanmoins en Autriche, où elle est nommée Herbstmeister, l’expression n’est pas un simple statut puisqu’un véritable titre est décerné à l’équipe qui pointe en tête du classement à mi-parcours. Les “champions d’automne” deviennent désormais de plus en plus populaires, et sont utilisés dans plusieurs sports, notamment le rugby, ou le basket.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut