Trois raisons qui prouvent que Manchester City doit (vraiment) remercier le PSG

A l’aube d’entamer sa nouvelle campagne européenne, Manchester City se place, une nouvelle fois, comme un prétendant plutôt discret. Et ce rôle plutôt maquillé, ils le doivent au PSG dont l’appétit colossal sur le mercato à évincer celui des Citizens. Un schéma qui semble se répéter depuis plusieurs années, car si City est loin d’être irréprochable, ses déconvenues sont inlassablement masquées par la Tour Eiffeil.

Dans l’Europe des grands, ils sont peut-être les deux pestiférés. Rachetés par des investisseurs tout droit venus de pays qui n’ont pas franchement la côte dans l’Occident, le PSG et Manchester City peinent à trouver leur place parmi les grosses écuries. Et ce, sur deux points. Le premier : ils ont tout deux collé sur leur front une étiquette de club sans âme, rythmé à coup de billets. Le second : aucun des deux n’a encore eu de résultat véritablement convaincant à l’échelle européenne, loin de là. Mais parce que Manchester City a réussi à s’imposer nationalement au milieu d’équipes historiques, ses déconvenues européennes sont masquées par le PSG, et ce, depuis plusieurs années. Petit récapitulatif en plusieurs points.

Englué dans une mauvaise dynamique européenne, les Citizens ont pourtant tout essayé pour devenirs grands.
Englués dans une mauvaise dynamique européenne, les Citizens ont pourtant tout essayé pour devenirs grands.

1. Manchester City doit son seul “résultat” au PSG

Nous sommes en 2016. Après une déception l’année précédente contre Chelsea, Paris retrouve les Blues dans une double confrontation haute au couleur, marquée par l’expulsion de Ibrahimovic et une victoire au courage. Considérée comme beaucoup comme une rencontre “référence”, cette victoire à Stamford Bridge autorise le PSG à prétendre au titre. De leur côté, les Citizens éclipsent le Dinamo Kiev 3 buts à 1 au cumulé des deux matchs, sans véritablement briller.

Ainsi, les deux équipes se retrouvent pour une rencontre historique en quart de finale. En effet, l’un des deux clubs accédera pour la première fois de son histoire dans le dernier carré du plus haut niveau européen. Incapable de concrétiser au match aller, Paris concède un triste match nul dans son antre, avant de lâcher au retour en s’inclinant 1 but à 0. C’est donc Manchester City qui remporte son duel et qui ira s’empaler en demi-finale contre le Real Madrid. Peu importe le résultat, les Skyblues ont atteint les demies, tandis que le PSG continue de se faire huer pour son incapacité à dépasser les quarts de finale. Merci Paris !

2. Viva la remontada!

Dans l’édition précédente, en 2017, le PSG subit la plus grosse déconvenue de son histoire. Une claque historique qui les place au centre de toutes les moqueries européennes. Vainqueurs 4 buts à 0 au match aller, les Parisiens s’écroulent au Camp Nou et subissent un lourd revers 6 buts à 1 qui les contraint à rentrer chez eux, une nouvelle fois, en huitième de finale. La remontada inonde les médias, le projet parisien est décimé et personne n’est capable d’expliquer ce qui a bien pu se passer.

Après avoir laisser entrevoir une once de maturité, le projet parisien s'est écroulé au Camp Nou.
Après avoir laisser entrevoir une once de maturité, le projet parisien s’est écroulé au Camp Nou.

Dans tous les cas, l’affaire a fait sourire jusqu’en Angleterre et a bien fait les affaires de… Manchester City. Le club anglais bute, lui aussi, en huitième de finale, mais contre un club qui aurait dû lui être largement inférieur. Une recontextualisation est nécessaire : Guardiola est arrivé à la tête des Bleus Ciels en début de saison avec l’immense ambition de ramener une première Ligue des Champions. Décevants, et malgré des renforts s’élevant, une nouvelle fois, à plusieurs dizaines de millions, City s’incline… et ne peut se réconforter qu’en rigolant du sort parisien.

3. Neymar attire toute l’attention

Après une année de battement à la tête du club, Pep Guardiola doit désormais confirmer les attentes placées en lui. Pour ça, Manchester City démarre le mercato en trombe et pioche ses premières recrues chez son bourreau : le club de la Principauté. Bernardo Silva puis Benjamin Mendy, l’appétit des Citizens est insatiable et débarquent ensuite Kyle Walker et Ederson. Avec un budget de 240 millions, le club anglais se sculpte un effectif XXL, taillé en or massif pour la Ligue des Champions. Une somme qui devrait ajouter une pression colossale sur les épaules des Skyblues, sauf que…

Paris, encore et toujours. Avec son mercato venu d’une autre planète, le PSG a évincé absolument toutes les autres écuries européennes. L’arrivée de Neymar, mêlée à celle de Mbappé quelques jours plus tard a clairement fait passer le club de la capitale dans une autre dimension. Désormais, en Ligue des Champions, tous les yeux sont rivés sur lui, régressant City au second plan. Les Skyblues vont alors pouvoir “tranquillement” aborder leur parcours européen, quand le PSG subit une pression médiatique écrasante. Et ça, c’est plutôt cool pour les Citizens.

Si les deux clubs s’imposent néanmoins comme des prétendants incontestables au trône européen, ils doivent désormais assurer une crédibilité qui leur fait défaut depuis de longues années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut